Menu Menu Naviguez

naviguez

Bibracte, ville entre deux mondes

La galerie inférieure du musée

Scrollez vers le bas

La galerie inférieure du musée examine dans ses moindres détails le dossier archéologique de Bibracte, - les remparts, les quartiers, les ateliers d’artisans et les maisons, les espaces publics, etc.- pour constater que l’évolution de l’oppidum témoigne d’une mutation radicale à un moment clé de l’histoire : entre la fondation de Bibracte et son abandon un siècle plus tard, la Gaule est devenue romaine.

Sur les traces de César

Tout commence avec César : sans lui, on ne connaîtrait rien de la guerre des Gaules. Son récit est le point de départ de cette archéologie naissante qui, au XIXe siècle, cherche à retrouver la trace matérielle des Gaulois au sommet du mont Beuvray. Le début d’une longue histoire scientifique que les archéologues du XXIe siècle continuent d’écrire…

Un projet urbain

C’est la présence d’une grande enceinte fortifiée qui définit l’oppidum : à Bibracte, elle se déploie sur plus de 5 km. En un siècle et demi d’exploration archéologique, une masse énorme d’informations a été collectée sur la construction de ce rempart et l’organisation de la ville qu’il enserre, avec ses voies, ses quartiers, con approvisionnement en eau…

Une ville en devenir

Lorsque Jules César arrive à Bibracte, en 58 avant notre ère, la pierre n’est visible que dans le parement du rempart : les maisons sont à ossature de bois. Au lendemain de la conquête, l’oppidum adopte l’architecture de pierre des Romains, d’abord dans son centre monumental, puis dans les luxueuses demeures de l’élite éduenne.

Consommation et production

Les objets mis au jour chaque année en quantités considérables à Bibracte témoignent d’un fait majeur : l’oppidum est un lieu de consommation et d’échange, où l’on boit du vin provenant d’Italie et où l’on peut se procurer des biens précieux d’origine lointaine. C’est aussi un vaste atelier qui produit toute la gamme des objets métalliques en usage à l’époque.

Les habitants de l'oppidum

La population de Bibracte est difficile à estimer. Mais grâce aux objets, ce sont bien les habitants que l’on rencontre : les accessoires vestimentaires et les ustensiles domestiques parlent du quotidien, les tombes évoquent le niveau social. Tous dépeignent une société contrastée, dont le cadre change radicalement…

Transfert capital

Après la conquête, les Éduens tentent de transformer Bibracte en une capitale pourvue de tous les attraits d’une ville romaine. Une quarantaine d’années plus tard, ils quittent le mont Beuvray pour la plaine. À l’emplacement d’un carrefour routier important, mieux indiqué pour fonder une ville à la hauteur de leur prestige, ils bâtissent Augustodunum, l’actuelle Autun.