Menu Menu Naviguez

naviguez

vidéo

21 mai > 13 novembre 2016

The promised lawn, vidéo d’Armand Morin

Scrollez vers le bas

Depuis 2009, le Parc Saint Léger, Centre d’art contemporain et Bibracte sont partenaires d’une résidence de recherche et de production d’artistes sur le site archéologique du Mont Beuvray.

L’œuvre vidéo « The Promised Lawn » a été réalisée à la suite des résidences d’Armand Morin à Bibracte et à Marfa (Texas) en 2015.

Né à Nevers, diplômé des Beaux-arts de Nantes, Armand Morin s’intéresse à la manière dont l’activité humaine impacte les sites naturels et transforme le paysage.

« L’année 2015 m’a offert un grand écart temporel, climatique et culturel, me permettant d’enchaîner une résidence au Sud-Ouest du Texas, à Marfa, avant un séjour en Bourgogne sur le site gallo-romain de Bibracte.

Au Texas, je me suis intéressé aux mouvements migratoires et au développement économique de la région, à partir de la colonisation européenne. J’ai été frappé par la manière dont ce territoire a été occupé par l’homme qui en puise méthodiquement une partie des ressources avant un abandon brutal et un exode à l’échelle régionale d’une parcelle vers une autre. Ce motif s’observe très facilement, chaque ruine pourrissant lentement au soleil sans que rien ne la recouvre. J’ai donc documenté en vidéo ces traces d’activité humaine avant d’écrire et tourner une courte fiction sur l’idée d’épuisement économique et écologique des lieux.

Dès mon arrivée à Bibracte, j’apprends que l’oppidum a été abandonné au moment où son développement était le plus important. Pendant la résidence, j’ai marché dans les traces des chercheurs, de leurs hypothèses et récits scientifiques. Je reniflais discrètement leurs fouilles des lieux. Jour après jour, je recueillais leur parole, observais leur travail, découvrais les strates d’histoire et d’activité qu’ils reconstituaient. Par la suite, je me suis saisi de leurs outils d’observation et de représentation (du microscope à la muséographie en passant par le chariot élévateur) pour filmer une redécouverte personnelle de cette capitale enfouie sous le Mont Beuvray. »

Armand Morin