Menu Menu Naviguez

naviguez

L'EPCC Bibracte

Scrollez vers le bas

Le site archéologique de Bibracte a donné son nom à l'établissement gestionnaire du site et de ses équipements.

Œuvrant en concertation étroite avec des partenaires nationaux – en premier lieu le ministère de la Culture et de la Communication – et régionaux, cet établissement a depuis 2008 le statut d'Etablissement public de coopération culturelle (EPCC). L'EPCC Bibracte a pris la place d'une société anonyme d'économie mixte nationale (SAEMN) qui avait été mise en place en 1991 pour installer les équipements du Centre archéologique européen et du musée, dans le cadre de la politique des Grands Travaux de l'Etat.

C'est dans ce cadre (SAEMN puis EPCC) que l'on expérimente à Bibracte les modalités d'une gestion véritablement intégrée du site et des équipements, comprenant la gamme complète des métiers de la filière Patrimoine, de la recherche à la valorisation.

Les EPCC sont des structures créées par le législateur en 2002 pour faciliter la gestion d'équipements culturels importants, grâce à une mutualisation des moyens entre différents partenaires institutionnels, ou membres.

Bibracte EPCC a ainsi pour membres :
. l'Etat
. le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté
. le Conseil départemental de la Nièvre
. le Conseil départemental de la Saône-et-Loire
. le Parc naturel régional du Morvan
. le Centre des Monuments nationaux
. le Centre national de la Recherche scientifique

Le conseil d’administration de Bibracte EPCC est composé de 22 administrateurs, qui comptent des représentants des membres, des personnalités qualifiées et des représentants du personnel. Les personnalités qualifiées et les représentants du personnel sont mis en place pour une durée de 3 ans.

Le budget de fonctionnement de Bibracte EPCC est d’environ 4,5 M€ par an. Il est équilibré par 1,4 M€ de recettes d’exploitation, 2,7 M€ de contributions de ses membres et 0,4 M€ de subventions liées à des actions spécifiques (valeurs 2016).

Le patrimoine géré par Bibracte EPCC est le résultat d’environ 40 M€ d’investissements publics (acquisitions foncières, constructions, équipements et matériels) consentis depuis 1990