Menu Menu Naviguez

naviguez

Les Publications

Scrollez vers le bas

Les livres grand public

 

Bibracte, une ville entre deux mondes

Fabienne Lemarchand, photographies d'Antoine Maillier

 

Au fil des 104 pages qu'elle consacre à Bibracte, Fabienne Lemarchand s'est attachée à partager l'histoire non seulement de cette ancienne capitale éduenne perchée sur le mont Beuvray, mais aussi de sa découverte en 1851 et de son étude toujours en cours. Des textes courts, agrémentés de plans, de photographiess d'Antoine Maillier et d'infographies remplissent ce triple objectif.
On parcourt ainsi Bibracte à son apogée, entre les IIIe et Ier siècles av J -C , quand les Éduens en avaient fait leur capitale, et aujourd'hui, où sont mis au jour nécropole, ateliers, maisons gauloises et domus gallo-romaine.
C’est une histoire en trois actes que vous êtes invités à découvrir :  "Aux origines", "Les révélations d’un site hors du commun" et "Passé recomposé".
Lire des extraits

Glux-en-Glenne, Bibracte, 2017.
104 pages, 18 €. En vente au musée de Bibracte et dans toutes les librairies.

 

Bibracte-Mont Beuvray

Delphine Tabary, photographies d'Antoine Maillier

 

Cet ouvrage édité par Le Petit Futé, dans la collection des Grands Sites de France est dédié à Bibracte et au Mont-Beuvray.
Très richement illustré, dans un format qui tient dans la poche, ce volume se divise en 5 parties : "Sous la forêt", "Un paysage en perpétuelle évolution", "Une ville redécouverte par les archéologues"," Bibracte, ville ouverte", "Dans les coulisses du Grand Site de France".

Sous la forêt, au coeur du parc naturel régional du Morvan, se dévoilent une ville abandonnée depuis deux millénaires, un musée innovant à l'architecture contemporaine et un centre archéologique très actif. Cette balade historique dans une nature omniprésente, au milieu des futaies de hêtres et des témoignages du passé, nous plonge dans les coulisses d¹un site remarquablement préservé et d¹un territoire au caractère marqué. Enrichie par les témoignages des acteurs locaux, c'est une lecture ouverte des multiples facettes de ce site exceptionnel.

Collection éditée par le Petit Futé en partenariat avec le Réseau des Grands Sites de France.
Paris, Nouvelles éditions de l'Université, 2015.
64 pages, 6,90 €. En vente au musée de Bibracte et dans toutes les librairies.

 

Les rapports scientifiques

Tous les programmes et rapports scientifiques qui rendent compte du programme de recherche archéologique sur le mont Beuvray sont consultables en ligne à cette adresse : https://hal.archives-ouvertes.fr/BIBRACTE/

 

La collection Bibracte

 

La collection « Bibracte » est éditée par BIBRACTE, Centre archéologique Européen.
Du nom antique de la capitale des Éduens, elle rassemble tout d’abord les résultats des recherches effectuées  sur le site du mont Beuvray et le territoire éduen, ensuite les actes des rencontres scientifiques organisées par le Centre archéologique, enfin les travaux majeurs relatifs à l’archéologie de l’Europe celtique.
Le comité de lecture de la collection est constitué des membres du Conseil scientifique de Bibracte.

Ces ouvrages sont en vente à la boutique du musée ou par correspondance auprès de la librairie Picard & Epona et de la Librairie archéologique.
Picard & Epona assure la diffusion et la distribution de la collection auprès des revendeurs.
Librairie archéologique 
Librairie Picard & Epona

 

Volume 26

Décrire, analyser, interpréter les pratiques de dépôt de l’âge du Fer

Jenny Kaurin, Stéphane Marion, Gérard Bataille

 

Pour la quatrième fois en l’espace de quelques années, Bibracte a accueilli les 2 et 3 février 2012, une rencontre concernant la pratique des dépôts rituels dans les sociétés protohistoriques.

La tenue de la table ronde prenait place parmi les activités d’un Groupement de Recherche Européen du CNRS, intitulé « Les Celtes en Europe » et coordonné, entre 2009 et 2012, par Jean-Paul Guillaumet (CNRS, UMR ArTeHiS Dijon). Ce groupement, dont la constitution reposait en grande partie sur les dynamiques européennes impulsées par Bibracte en matière d’archéologie celtique, avait retenu comme thématique principale la « méthodologie d’étude des mobiliers par catégories » et la caractérisation des assemblages de mobiliers, comme marqueurs de faciès culturels, ou d’activités particulières, reflétant l’identité des populations. L’analyse des usages funéraires, en matière de déposition d’objets dans les sépultures, et celle des pratiques aboutissant au dépôt de lots de mobiliers dans divers contextes permettaient donc d’illustrer différents aspects de cette thématique. Et c’est aussi conformément à l’esprit du GDRE que les initiateurs de la table ronde ont choisi de privilégier les questions méthodologiques, à partir d’une réflexion sur les catégories d’objets, puis sur les modalités de leur regroupement et la composition des assemblages, pour parvenir enfin à tenter de décrypter les pratiques sous-jacentes à travers une approche taphonomique des contextes de déposition et de découverte.
Spécialistes, pour deux d’entre eux, d’archéologie funéraire (Jenny Kaurin et Stéphane Marion), et pour le troisième (Gérard Bataille) des dépôts métalliques en sanctuaires, les trois co-organisateurs ont su unir leurs centres d’intérêt et leurs compétences pour proposer une approche globale de ces phénomènes, qui s’inscrit dans une démarche « d’archéologie du rite », telle que définie, à la suite de John Scheid, par quelques chercheurs depuis une quinzaine d’années.

KAURIN Jenny, MARION Stéphane, BATAILLE Gérard dir. : Décrire, analyser et interpréter les pratiques de dépôt à l’âge du Fer. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européenn (Glux-en-Glenne, 2-3 février 2012). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2015 ? 192 pages, 96 ill. (Bibracte ; 26). Prix de vente : 35 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 25

La romanisation en question. Vaisselle céramique et processus d'acculturation à la fin de l'âge du Fer en Gaule interne

Sylvie Barrier

 

Fruit d'une thèse de doctorat, cet ouvrage se propose de comparer les rythmes et les modalités de l'acculturation des populations de Gaule interne de la première moitié du IIe s. av. J.-C. au début di Ier siècle de notre ère au moyen de l'étude de la céramique fine, dont le répertoire évolue très rapidement pendant la période. Basée sur les données d'une vingtaine de sites urbains (oppida, capitales de cité, vici répartis en trois aire géographiques (Centre, Est et Centre-Ouest), cette étude propose une présentation céramologique classique, mais aussi des modes d'analyse nouveaux comme le calcul d'un indice de romanisation pour évaluer et comparer le degré d'acculturation des ensembles retenus. Différentes méthodes statistiques, comme des sériations graphiques ou des analyses factorielles des correspondances, sont par ailleurs employées pour mettre en évidence les aspects qualitatifs du phénomène d'acculturation et décomposer son processus en trois niveaux principaux.

Ce volume est accompagné d'un référentiel numérique téléchargeable à l’adresse suivante : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01327761

BARRIER (S.) – La romanisation en question. Vaisselle céramique et processus d'acculturation à la fin de l'âge du Fer en Gaule interne. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2014, 318 p., 182 ill. (Bibracte : 25).Prix de vente : 35 €.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 24

Etudes sur Bibracte – 2

Vincent Guichard

 

L'ambition de ce deuxième recueil est de rendre compte de recherches de fond menées sur le site de l'oppidum de Bibracte qui n'ont pas l'ampleur d'une monographie et qui, à l'inverse, trouveraient difficilement place dans des revues spécialisées, parce qu'elles s'appuient sur un important corpus de données dont on a souhaité la publication exhaustive.

La restitution de trois fouilles menées sur le mont Beuvray constitue ainsi la plus grosse partie de ce volume. Alain Duval et Dominique Lacoste analysent l'atelier de forgerons remarquablement conservé en avant de la Porte du Rebout. Leur contribution est complétée par le compte rendu de deux journées d'étude sur les ateliers de travail du fer coanimées par Marion Berranger et Alain Duval. Thierry Luginbühl, Fanny Lanthemann et Jana Hoznour rendent compte de campagnes de recherche de l'université de Lausanne sur le Theurot de la Wivre, où des vestiges de terrassements de grande ampleur voisinent avec des vestiges de constructions à ossature de bois associées à de l'artisanat du fer. Enfin, le volume expose les résultats de l'important chantier de l'Université Libre de Bruxelles à la Pâture du Couvent. Ce dossier laissé inachevé par Pierre-Paul Bonenfant, qui nous a quittés en 2010, a été finalisé par Laurent Bavay.

Au rang des études transversales, Sylvie Barrier fait le point des éléments de datation disponibles pour la dernière phase de fonctionnement de l'oppidum. Enfin, Gwenaël Hervé expose le potentiel de la technique de datation par archéomagnétisme pour la période de la fin de l'âge du Fer, à partir d'une recherche qui s'appuie en grande partie sur des mesures effectuées à Bibracte.

GUICHARD (V.) dir. – Etudes sur Bibracte – 2. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2014, 378 p., 275 ill., 27 pl. (Bibracte ; 24).Prix de vente : 35 €.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 23

La Fontaine de Loulié au Puy d'Issolud : le dossier archéologique du siège d'Uxellodunum

Jean-Pierre Girault, avec une préface de Michel Reddé

 

La prise d'Uxellodunum et la fin tragique de ses défenseurs, dont César fit couper les mains, constituent l'un des derniers épisodes marquants de la guerre des Gaules. En 1866, Napoléon III indiquait dans son Histoire de Jules César que les fouilles faites au Puy d'Issolud, en 1865, ne laissent plus aucun doute sur l'emplacement d'Uxellodunum. Cette affirmation n'a pourtant pas coupé court à une controverse qui occupait les érudits du Lot depuis la Renaissance, bien au contraire. La chute de l'empereur vit la remise en cause de l'ensemble de son œuvre, y compris en matière d'archéologie, domaine dans lequel il avait été particulièrement actif.

Cet ouvrage propose une révision complète du dossier. Il s'appuie sur une enquête menée dans les archives et les réserves de musées, puis sur le terrain de 1997 à 2005. Le site avait sombré dans l'oubli et son débroussaillage révéla un terrain totalement miné par les fouilles anciennes.

C'est une pièce essentielle du dossier archéologique des guerres césariennes qui est livrée ici et qui permet une relecture féconde des sources littéraires.

GIRAULT (J.-P.) – La Fontaine Loulié au Puy d'Issolud. Le dossier archéologique du siège d'Uxellodunum. Glux-en-Glenne, Bibracte, 2013 (Bibracte ; 23). 176 pages, 87 illustrations, 16 planches Prix de vente : 35 €.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 22

Regards sur la chronologie de la fin de l'âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant notre ère) en Gaule non méditerranéenne

sous la direction de Philippe Barral et Stephan Fichtl

 

La table ronde sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer dans l’est de la France, tenue à Bibracte du 15 au 17 octobre 2007, est née des difficultés rencontrées pour comprendre et utiliser les chronologies relatives de la fin de l’âge du Fer. La bibliographie vieillissante et la dispersion très forte des informations issues des recherches récentes rendaient urgent l’établissement d’un bilan synthétique apte à pallier la carence actuelle de formalisation du cadre chronologique de cette période et à fournir si possible un outil utile à des conclusions historiques.

Ainsi, vingt-six ans après le colloque de Valbonne qui avait traité du même sujet à l’échelle nationale, l’ambition de la table ronde était donc de proposer, en confrontant entre elles des périodisations régionales, un tour d’horizon actualisé de ce moment important de l’histoire de la Gaule de l’Est et de le transmettre à l’ensemble de la communauté scientifique par l’intermédiaire d’une publication.

Les synthèses régionales sur l’est de la France, qui occupent naturellement une place importante de ce volume, sont éclairées par des bilans synthétiques de régions ou de sites périphériques et par les progrès récemment obtenus sur telle ou telle catégorie de mobilier.

Le présent volume dépasse donc largement les ambitions initiales de la table ronde en fournissant un état des connaissances qui concerne une très vaste région, des Alpes au littoral atlantique. On confirme qu’il est possible de définir un cadre chronologique supra-régional, cohérent à l’échelle de l’espace nord-alpin et rythmé par des mutations économiques et techniques qui affectent toute cette zone. On utilise pour cela différents marqueurs chronologiques qui valident le modèle d’innovations techniques et d’importations adoptées rapidement et uniformément dans l’ensemble du territoire étudié. Le panorama synthétique présenté a donc gagné en finesse et constitue une étape importante de la recherche.

Ce volume et les réflexions qu’il suscite constituent donc une excellente feuille de route pour les recherches à venir en matière de chronologie de la fin de l’âge du Fer, essentielle pour mieux positionner les observations archéologiques relatives aux deux derniers siècles avant notre ère sur l’axe d’un temps particulièrement riche en événements et en mutations sociales.

Barral (Ph.), Fichtl (St.) dir. Regards sur la chronologie de la fin de l'âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde tenue à Bibracte "Chronologie de la fin de l'âge du fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) dans l'est de la France et les régions voisines". Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012. Dossier imprimé : 342 p., 149 ill. – dossier numérique : www.bibracte.fr ; 7 p. texte, 312 ill. (Bibracte ; 22).Prix de vente : 35 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

Ce volume est accompagné de 11 dossiers complémentaires numériques, disponibles aux adresses suivantes :

Barral, Videau 2012 : Barral (Ph.), Videau (Gr.) — De Bibracte à Vesontio : esquisse d’une périodisation de la fin de l’âge du Fer en Bourgogne et Franche-Comté. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01328933

Bonaventure, Dechezleprêtre 2012 : Bonaventure (B.), Dechezleprêtre (Th.) — Chronologie de l’oppidum de Nasium (Boviolles, Meuse) d’après l’analyse de quelques ensembles clos. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01328953

Bonaventure, Féliu 2012 : Bonaventure (B.), FÉliu (Cl.) — Quelques ensembles de mobilier de l’oppidum du Fossé des Pandours (Col de Saverne, Bas-Rhin). Contribution à la chronologie du site. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01328970

Deffressigne, Tikonoff 2012 : Deffressigne (S.), Tikonoff (N.) — Quelques repères chronologiques de La Tène en Lorraine à partir de quatre ensembles mobiliers d’habitats. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01328992

Desbat 2012 : DESBAT (A.) — Lyon, Lugdunum. Les contextes précoces des fouilles du « sanctuaire de Cybèle ». Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329028

Nillesse 2012 : Nillesse (O.) — Éléments pour une chronologie des établissements ruraux de la fin de l’âge du Fer dans le sud du Bas-Poitou. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329060

Olmer 2012 : Olmer (F.) — Les amphores sont-elles utiles à la chronologie de la fin de l’âge du Fer ? Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329069

Pernet, Tori 2012 : PERNET (L.), TORI (L.) — Chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) dans les nécropoles du Tessin et du Val d’Ossola. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329086

Riquier 2012 : Riquier (S.) — La chronologie des mobiliers (IIe-Ier siècle avant J.-C.) de l’oppidum carnute de Cenabum (Orléans, Loiret). Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329091

Roth-Zehner 2012 : Roth-Zehner (M.) — La Tène finale dans la plaine d’Alsace Annexe.. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329111

Séguier, Viand 2012 : Séguier (J.-M.), Viand (A.) — Chronologie des assemblages de mobilier des trois derniers siècles avant notre ère en Ile-de-France : un état des lieux dans les territoires des Sénons et des Parisii. Annexe. In : BARRAL (Ph.), FICHTL (St.) dir. — Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne. Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 15-17 octobre 2007). Glux-en-Glenne : Bibracte, 2012 (Bibracte ; 22).
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01329120

 

 

Volume 21

Aspects de la romanisation dans l'Est de la Gaule

sous la direction de M. Reddé, P. Barral, F. Favory, J.-P. Guillaumet, M. Joly, J.-Y. Marc, P. Nouvel, L. Nuninger, C. Petit

 

Romanisation : ce terme que certains pourraient concevoir comme passéiste est envisagé ici comme un simple moment du temps, celui de la transformation à la fois lente, hétérogène et inégale des sociétés protohistoriques au contact des nouvelles réalités induites par la conquête italienne.

Nous avons choisi comme zone d'étude un territoire géographiquement cohérent, la Gaule de l'Est, en réunissant les chercheurs qui parfois s'ignorent alors qu'ils travaillent sur des terrains proches, avec des problématiques similaires.

L'ouvrage, collectif, est conçu comme un ensemble de recherches classées par thèmes, qui s'appuient sur des cas d'étude récemment menées, encadrées par des bilans documentaires plus généraux et des synthèses.

REDDÉ (M.), BARRAL (Ph.), FAVORY (Fr.), GUILLAUMET (J.-P.), JOLY (M.), MARC (J.-Y.), NUNINGER (L.), PETIT (Chr.) dir. – Aspects de la Romanisation dans l’Est de la Gaule. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2011 (Bibracte ; 21). Deux volumes, 966 pages, 265 ill. (21/1 : p. 1-496, 142 ill. ; 21/2 : p. 497-966, 123 ill.).
Prix de vente : 38 € pour chaque volume.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 20

Carpologia

sous la direction de Julian Wiethold

 

L'active communauté scientifique des carpologues français a tenu en 2005 ses rencontres annuelles à Bibracte.

Ce volume se présente sous la forme d'un recueil d'articles qui abordent une grande diversité de sujets, tant d'un point de vue méthodologique que chronologique et géographique.

Le résultat est en quelque sorte un "bouquet de fleurs carpologiques" cueillies dans différentes régions. On trouvera aussi dans ce "bouquet" des articles sur des aspects novateurs de la recherche, des réflexions méthodologiques et des témoignages du travail interdisciplinaire entre archéologues et carpologues. Les efforts conjugués de ces disciplines peuvent ainsi, à partir d'une meilleure connaissance de l'agriculture et de la végétation anthropisée aux époques passées, permettre de mieux comprendre et protéger la biodiversité actuelle.

Cet ouvrage rend hommage à notre collègue Karen Lundström-Baudais, décédée dans les mois qui ont suivi cette rencontre, à la suite d'une longue maladie. Une bonne partie des jeunes chercheurs qui y participaient lui sont redevables, ayant bénéficié de ses expérimentations ethnoarchéologiques et de ses perspectives innovantes.

WIETHOLD (J.) dir.- Carpologia. Articles réunis à la mémoire de Karen Lundström-Baudais. Actes des rencontres d'archéobotanique organisées par Bibracte, Centre archéologique européen, et le Centre de Recherches Archéologiques de la Vallée de l'Oise (CRAVO), 9-12 juin 2005, Glux-en-Glenne.Glux-en-Glenne : Bibracte, 2011, 254 pages, 125 ill. noir et blanc ; 8 pages h.t., 51 ill. couleur. Collection Bibracte 20. Prix de vente : 32 €.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 19

Murus celticus : architecture et fonctions des remparts de l'âge du Fer

Sous la direction de Stephan Fichtl

 

Ces dernières années, de nombreuses fouilles ont apporté des éléments nouveaux tant sur le plan de l'architecture que sur celui de la datation des remparts protohistoriques. Si le rempart correspond souvent à la première intervention archéologique sur un site fortifié, les sondages sont bien souvent restés modestes et leur étude bien souvent sommaire.

Des dates dendrochronologiques sur les sites d'Yverdon et de Besnaçon nous permettent de bien caler la construction de ces remparts. Parallèlement, plusieurs fouilles plus anciennes ont été publiées, comme les sites éponymes de Preist et de Kelheim, ou encore le rempart du Mont Vully. Le moment a donc semblé propice à une table ronde internationale sur cette question.

Cette table ronde a débouché sur la question de la fonction des remparts protohistoriques - défensive, ostentatoire ou symbolique - et de leur chronologie.

Fichtl (St.) dir. Murus celticus. Architecture et fonctions des remparts de l'âge du Fer. Actes de la table ronde organisée par l'UMR 7044 de Strasbourg, l'UMR 6173-CITERES de Tours et Bibracte, à Glux-en-Glenne, les 11 et 12 octobre 2006. Glux-en-Glenne, Bibracte, 2010 (Collection Bibracte ; 19).Prix de vente : 36 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 18

Die eisernen Werkzeuge aus Bibracte - L'outillage en fer de Bibracte

Doreen Mölders

 

Dans les années 1860, dès le début des fouilles à Bibracte, Jacques-Gabriel Bulliot avait dégagé, dans les parcelles du Champlain et de la Côme Chaudron, un ensemble de constructions qu'il qualifia d'ateliers artisanaux. Il y mentionna la découverte de nombreux outils.

Dans le cadre de l'étude systématique des archives de fouille et du mobilier, Doreen Mölders, étudiante à l'université de Leipzig (Allemagne), aréalisé entre 2002 et 2004 un travail universitaire de maîtrise sur l'outillage en fer dont ce livre est issu.

L'étude lui permit d'identifier 181 outils en fer. Le fondement est un catalogue systématique, en deux langues, où chaque objet est illustré. Selon la tradition allemande, en est exclu l'outillage utilisé dans le cadre domestique, l'agriculture, le jardinage, la pêche.

Cet ouvrage met à plat des données documentées succinctement au XIXe siècle et souvent surinterprétées. Il assure une continuité entre les travaux de J.-G. Bulliot et les recherches actuelles et ouvre de nouvelles pistes de réflexion.

Mölders D. Die eisernen Werkzeuge aus Bibracte : ein Beitrag zur Erforschung des keltischen Handwerks nach den Arbeiten von Jacques-Gabriel Bulliot und Joseph Déchelette = L'outillage en fer de Bibracte : une contribution à l'étude de l'artisanat celtique d'après les travaux de Jacques-Gabriel Bulliot et Joseph Déchelette. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2010, 204 p.; 73 illustrations (Collection Bibracte ; 18).Prix de vente : 24 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 17

Fouilles de la fontaine Saint-Pierre au Mont Beuvray

Philippe Barral et Hervé Richard

 

A l'intérieur de Bibracte, la fontaine Saint-Pierre se trouve à mi-distance entre le quartier résidentiel du Parc aux Chevaux, au nord, et le secteur cultuel de la Terrasse, au sud. Alimentée par une des sources principales du Mont Beuvray, c'est un des lieux emblématiques du site, qui a toutefois peu intéressé les archéologues du XIXe siècle. Un programme de recherche visant à mettre au jour les aménagements antiques de la source fut lancé en 1988 et s'est achevé en 1996. Un second objectif était de retrouver dans les sédiments humides des restes végétaux permettant de restituer l'ambiance végétale dans l'enceinte de l'oppidum et à proximité.

Cet ouvrage constitue la troisième monographie de fouilles réalisées au sein de l'oppidum depuis la reprise des recherches en 1984. Dans ce volume, à la suite de la description des aménagements successifs de la source, on trouvera différentes contributions spécialisées, puis une conclusion portant sur l'interprétation fonctionnelle et sociale des bâtiments et structures mis au jour.

Barral, Richard dir. Fouilles de la fontaine Saint-Pierre au Mont Beuvray (1988-1992, 1996). Aménagements d'une source sur l'oppidum de Bibracte. Bibracte, Centre archéologique européen, 2009, 263 p., 8 pl. h. t., 175 ill. (Collection Bibracte;17).Prix de vente : 32 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 16

Construire le temps

sous la direction de Anne Lehoërff

 

Le colloque Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires avant notre ère en Europe occidentale avait pour ambition de réunir des spécialistes européens afin de dresser un bilan sur l'histoire de la construction des calendriers du second et premier millénaires avant notre ère.

Cette histoire, longue d'un siècle et demi environ, est complexe dans la mesure où, dans certains cas, des documents écrits existent mais dont les dates ne s'harmonisent pas toujours avec les résultats obtenus par d'autres méthodes, en particulier celles de laboratoire qui ont beaucoup évolué ces dernières années.

Comment la recherche en est-elle arrivée à ces contradictions et comment peut-elle les résoudre pour écrire l'histoire de ces sociétés qui ne saurait se faire sans chronologie, sans calendrier ?

Des chercheurs européens, d'horizons différents (protohistoriens, antiquisants), se sont donc penchés tour à tour sur un des aspects de cette vaste et riche question d'historiographie autant que d'archéologie.

Lehoërff (A.) dir, Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires avant notre ère en Europe occidentale. Actes du XXXe colloque international de Halma-Ipel, UMR 8164 (CNRS, Lille 3, MCC) 7-9 décembre 2006, Lille. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2008 (Collection Bibracte ; 16, ISSN 1281-430 X). Prix de vente : 35 €.

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 15

Gestion et présentation des oppida. Un panorama européen

sous la direction de Irena Benková et Vincent Guichard

 

Plus de cent cinquante sites archéologiques répondent, à travers l'Europe, aux critères qui permettent de les identifier à des oppida celtiques de la fin de l'âge du Fer. Ces oppida constituent un vaste phénomène urbain attesté au nord des Alpes, de l'Atlantique à l'Europe centrale. Malgré son importance historique, ce phénomène reste encore largement méconnu du public européen. Le projet de coopération « Oppida : premières villes européennes au nord des Alpes » lancé à l’initiative de Bibracte en 2005 avec le soutien de la Commission européenne (programme Culture 2000) avait pour ambition de contribuer à pallier cette lacune.

Le présent volume rend compte d’une journée de réflexion tenue à Beroun, en Bohême centrale, où une vingtaine de professionnels ont partagé leurs points de vue sur les enjeux de la protection et de la restitution au public de cet aspect du patrimoine européen

La douzaine d’articles réunis ici comprend des études de cas et des approches thématiques. Tous contribuent au débat sur les possibilités et les conditions d’une meilleure accessibilité des oppida au public. On considère notamment les caractères spécifiques de ces sites, tant défavorables – comme leur large étendue et la faible lisibilité des vestiges immobiliers qu’ils recèlent – que favorables – comme la qualité des paysages dans lesquels ils s’inscrivent souvent – à leur protection et à leur présentation. Les mises en valeur déjà réalisées ou en projet témoignent de la diversité des approches possibles et des difficultés rencontrées.

On aborde aussi plus largement la question essentielle des messages que l’on veut transmettre au public et des questions auxquelles on souhaite le sensibiliser tout autant que les moyens pour y parvenir, avec une attention particulière portée aux propositions de restitutions, tant “passives” (architecture des parcs archéologiques) “qu’actives” (expériences de reenactement qui fleurissent en ce début de XXIe siècle).

Au total, ce recueil d’articles sur un sujet jamais traité jusqu’à ce jour de façon monographique, vise à sensibiliser les professionnels concernés – qu’ils soient archéologues, représentants des autorités en charge de la gestion des sites ou concepteurs de projets de mise en valeur – à quelques questions récurrentes dont le traitement ne peut que profiter par une mise en commun.

Benková (I.), Guichard (V.) dir., Gestion et présentation des oppida ; un panorama européen. Actes de la table ronde de Beroun, 26 septembre 2007. Glux-en-Glenne ; Prague ; Bibracte ; Institut archéologique de Bohême centrale, 2008 ;(Bibracte ; 15). Prix de vente : 38 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 14

Sur les traces de César : militaria tardo-républicains en contexte gaulois

Sous la direction de Mathieu Poux

 

Ce volume marque l'aboutissement d'une rencontre organisée en octobre 2002 à Bibracte, en marge de l'exposition "Sur les traces de César".

Fruit d'un travail collectif réalisé par des chercheurs de tous horizons, ce recueil se focalise sur l'instrumentum de la guerre mais aborde bien d'autres domaines.

Il propose un premier bilan des recherches inédites menées sur ce thème, offrant une base solide pour des études plus approfondies. L'un des principaux thèmes abordés, qui est aussi le plus problématique, touche à la confusion qui s'opère souvent entre armement celtique et romain, les armes "romaines" ne signalant en effet pas toujours la présence de soldats romains.

Poux (M.) dir. – Sur les traces de César. Militaria tardo-républicains en contexte gaulois. Actes de la table ronde du 17 octobre 2002. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2008, 462 p., 248 ill. (Bibracte ; 14). Prix de vente : 38 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 13

Les monnaies gauloises et romaines de l'oppidum de Bibracte

Katherine Gruel et Laurent Popovitch

 

Les monnaies se définissent dans un cadre économique et politique. leur valeur, leurs modalités d'échange, le volume émis, le ratio entre les alliages monétaires, leur aire de circulation, sont régis par une autorité reconnue comme garant. Qui détient cette autorité en Gaule ? En absence de textes, les monnaies gauloises portent témoignage d'une réalité complexe. Les monnaies de fouilles de Bibracte constituent une documentation exceptionnelle, tant du fait du nombre de monnaies que de leur présence à chaque étape de la vie du site.

Après un bref historique des collections, l'ouvrage aborde différents points qui sont autant de pistes pour la recherche numismatique actuelle. Les auteurs s'interrogent sur la fabrication monétaire, puisqu'un atelier de frappe semble attesté à Bibracte, et analysent ensuite les faciès monétaires gaulois et romains du site. Le catalogue des monnaies constitue la deuxième partie du volume.

Gruel, Popovitch 2007 : GRUEL (K.), POPOVITCH (L.). – Les monnaies gauloises et romaines de l'oppidum de Bibracte. Glux-en-Glenne : Bibracte, Glux-en-Glenne : BIBRACTE, Centre archéologique européen, 2007, 384 p., 408 ill. (Bibracte ; 13).Prix de vente : 38 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/6

Celtes et Gaulois, l'archéologie face à l'histoire - Colloque de synthèse

Sous la direction de Christian Goudineau, Vincent Guichard, Gilbert Kaenel

 

Ce volume fait suite à un colloque tenu en juillet 2006 au Collège de France. Ce colloque constituait lui-même la phase finale d’un travail collectif qui s’est concrétisé en 2005 par cinq tables rondes tenues à Leipzig, Bologne, Budapest, Cambridge et Lausanne. Celles-ci se proposaient d’insérer dans des perspectives historiques les acquis obtenus par la recherche archéologique depuis environ un quart de siècle.

Cinq thèmes avaient été retenus : quelle place ont occupé Celtes et Gaulois dans l’historiographie et l’idéologie modernes ? À partir de quand peut-on parler de Celtes ? En quoi le regard des Civilisés sur les Barbares a-t-il influencé les analyses historiques sur Celtes et Gaulois ? La fin de l’âge du Fer représente-t-elle une période de vastes mutations ? La romanisation a-t-elle éradiqué le passé, ou bien peut-on définir un héritage celtique ou gaulois ?

Les cinq séances du colloque ont été introduites par un rapport de synthèse de l'organisateur de chaque table ronde consacré au thème correspondant, avec la préoccupation constante de cerner les conséquences historiques des travaux archéologiques et d’en tirer des conclusions accessibles à un public non spécialisé.
Le présent volume consigne ces cinq rapports. Il est complété par plusieurs contributions.

François Savatier s’est attaché à étudier, sous un angle sociologique, la communauté des chercheurs qui se réclament des études celtiques et de l’archéologie de l’âge du Fer. John Collis aborde la question de l’enseignement comme facteur déterminant des clivages idéologiques perceptibles au sein de cette communauté. Alain Testart, enfin, avec son regard extérieur d'anthropologue, se pose deux questions, celle de la pertinence de l’approche archéologique de la question de l’identité culturelle celtique et celle de l’organisation des sociétés étudiées par les archéologues protohistoriens.

Au total, le volume témoigne de l’état des "études celtiques” (principalement de l’approche archéologique) en ce début du XXIe siècle.

GOUDINEAU (Chr.), GUICHARD (V.), KAENEL (G.) dir. — Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire : colloque de synthèse. Paris, Collège de France, du 3 au 7 juillet 2006. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2010, 238 p., 19 ill. (Bibracte ; 12/6).Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/5

La Romanisation et la question de l'héritage celtique

sous la direction de Daniel Paunier

 

Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005.

La table ronde de Lausanne avait pour objet de mieux saisir et de réévaluer le devenir de la civilisation des Celtes après l'intégration politique des peuples vaincus dans l'Empire.

Dans cette perspective, la romanisation est considérée, non comme un phénomène unidirectionnel mais comme un processus culturel évolutif et diversifié qui concerne les élites mais aussi toutes les classes sociales.

Les questions abordées sont, entre autres, celles des changements politiques, économiques et sociaux, entraînés par l'intégration du monde celtique à l'Empire ; la nature, le rythme et les spécificités de la romanisation selon les provinces, les domaines d'activité et de pensée et les classes sociales ; l'identité des acteurs de la romanisation et le rôle des peuples celtiques dans la construction de l'Empire ; le degré d'originalité de la culture provinciale dans les anciens territoires celtiques et l'importance des survivances celtiques…

Paunier (D.) dir. – Celtes et Gaulois, l'Archéologie face à l'Histoire, 5 : la Romanisation et la question de l'héritage celtique. Actes de la table ronde de Lausanne, 17-18 juin 2005. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2006, 248 p., 43 ill. (Bibracte ; 12/5).Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/4

Les mutations de la fin de l'âge du Fer

sous la direction de Colin Haselgrove

 

Actes de la table ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005.

Les vingt dernières années ont vu des avancées importantes de notre connaissance des oppida, dont le terme recouvre une réalité archéologique multiforme. Les recherches ont aussi montré que la documentation archéologique des IIe et Ier siècles avant J.-C. était loin de se limiter aux oppida. Fermes, sanctuaires, nécropoles, site miniers… sont autant d'aspects d'une réalité archéologique qui était à peu près totalement ignorée à l'aube des années 1980 et qui témoigne d'un niveau de développement socio-économique et démographique insoupçonné jusqu'alors.

La table ronde de Cambridge s'est attachée à replacer les oppida dans une perspective large, tant du point de vue spatial que temporel, afin de tenter de discerner les particularités de la documentation archéologique des IIe et Ier siècles avant J.-C. qui peuvent être le reflet de spécificités des sociétés de l'Europe tempérée.

Haselgrove (C.) dir. – Celtes et Gaulois, l'Archéologie face à l'Histoire, 4 : les mutations de la fin de l'âge du Fer. Actes de la table ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2006. 280 p., 103 ill. (Bibracte : 12/4).Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/3

Les Civilisés et les Barbares (du Ve au Ier siècle avant J.-C.)

sous la direction de Miklos Szabo

 

Actes de la table ronde de Budapest, 17-18 juin 2005.

En quoi le regard des Civilisés sur les Barbares a-t-il influencé les analyses historiques sur Celtes et Gaulois ? C'est la question principale à laquelle la table ronde de Budapest tentait de répondre, en mettant en évidence le décalage entre l'image stéréotypée de barbare produite par les "Civilisés" méditerranéens et la réalité archéologique.

Les processus d'acculturation et les modalités des contacts dans l'Europe protohistorique sont les sujets privilégiés dans ce volume. Ils sont débattus au moyen d'approches thématiques et d'études régionales. Faut-il par exemple considérer l'expansion du monde celtique durant la période étudiée comme une série d'actes de pillage ou comme une tentative de colonisation ?

Au total, les analyses très poussées des nouvelles données matérielles, ainsi que la relecture des textes antiques, permettent de présenter un bilan critique apte à ouvrir de nouveaux horizons de recherche.

Szabó (M.) dir. – Celtes et Gaulois : l'Archéologie face à l'Histoire, 3 : les Civilisés et les Barbares (du Ve au IIe siècle avant J.-C.). Actes de la table ronde de Budapest, 17-18 juin 2005. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2006, 258 p., 130 ill. (Bibracte ; 12/3).Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/2

La Préhistoire des Celtes

sous la direction de Daniele Vitali

 

Actes de la table ronde de Bologne, 28-29 mai 2005.

La documentation archéologique disponible a fortement augmenté depuis qu'ont été caractérisés les faciès culturels du Domaine hallstattien occidental et de La Tène. C'est à partir de ces progrès de la recherche que la question celtique est aujourd'hui reconsidérée par les archéologues.

De leur côté, les linguistes ont délimité une région du continent où étaient parlées au dernier millénaire avant le changement d'ère des langues appartenant à une famille distincte, qu'ils ont également désignée comme celtique.

Réexamen des sources, mise en question des paradigmes et confrontation des approches issues de disciplines très différentes font donc partie des questions que se posent les auteurs de ce volume.

Vitali D., dir. - Celtes et Gaulois : l'Archéologie face à l'Histoire, 2 : la Préhistoire des Celtes. Actes de la table ronde de Bologne-Monterenzio, 28-29 mai 2005. Glux-en-Glenne : BIBRACTE, 2006, 236 p., 75 ill. (Bibracte ; 12/2) Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 12/1

Celtes et Gaulois dans l'Histoire, l'historiographie et l'idéologie moderne

sous la direction de Sabine Rieckhoff

 

Actes de la table ronde de Leipzig, 16-17 juin 2005.

La table ronde de Leipzig a eu pour objet d'analyser l'évolution de la perception des Celtes au cours de 25 derniers siècles, depuis les premiers récits des auteurs grecs jusqu'aux points de vue développés par les scientifiques d'aujourd'hui et à ceux popularisés par la culture de masse.

Les articles de ce volume montrent que le concept de "Celtes", très largement débattu aujourd'hui, ne peut être utilisé sans préciser le champ sémantique que l'on considère, tant celui-ci varie selon les moments de la recherche et les points de vue.

Rieckhoff S., dir. - Celtes et Gaulois, l'Archéologie face à l'Histoire, 1 : Celtes et Gaulois dans l'Histoire, l'historiographie et l'idéologie moderne. Actes de la table ronde de Leipzig, 16-1 juin 2005. Glux-en-Glenne : BIBRACTE, 2006, 252 p., 79 ill. (Bibracte ; 12/1). Prix de vente : 25 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 11

Les dépôts métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée

sous la direction de Gérard Bataille et Jean-Paul Guillaumet

 

Les premiers dépôts des âges du Fer, identifiés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, furent découverts dans des rivières, des marais et des lacs, comme à La Tène en Suisse et à Kappel en Allemagne. Au début de la seconde moitié du XXe siècle, furent mis en évidence d'autres types de dépôts d'objets en fer, composés en majorité d'outillage artisanal et agricole de la période des oppida.

La découverte de dépôts du premier âge du fer et du début de la période de la Tène est encore plus récente. En France, elle a permis de reclasser un certain nombre de dépôts de haches en bronze, tant dans l'Ouest qu'en Bourgogne et dans les régions limitrophes, en mettant en valeur une déposition encore méconnue de bracelets en alliage base cuivre.

Ce renouvellement de la documentation justifiait la tenue d'une table ronde consacrée aux dépôts d'objets métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée. Lors de la présentation des communications, il est apparu que le sujet est une source inépuisable de thèmes de recherche, que chaque auteur développe selon sa propre vision. La diversité des approches montre les multiples réalités du phénomène des dépôts : composition, répartition, signification et datation, ainsi que le travail qui reste encore à accomplir.

Bataille (G.), Guillaumet (J.-P.), dir. – Les dépôts métalliques au second âge du Fer en Europe tempérée. Glux-en-Glenne : Bibracte, Centre archéologique européen, 2006, 336 p., 187 ill. (Bibracte ; 11). Prix de vente : 32 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 10

Etudes sur Bibracte - 1

sous la direction de Jean-Paul Guillaumet et Miklos Szabo

 

Dans cet ouvrage, le premier thème abordé est la publication de fouilles récentes, les structures de la grande domus de l'îlot des Grandes Forges, fouillée par le professeur M. Szabo.

Le second thème porte sur des études de mobilier, céramiques, ateliers de fondeurs, émailleurs et chaudronniers, verre, mobilier métallique.

Enfin, le professeur Luginbühl propose le réexamen de l'ensemble des graffites de Bibracte.

Guillaumet J.-P., Szabo M. dir. - Etudes sur Bibracte - 1. Glux-en-Glenne : BIBRACTE, 2005, 313 p., 525 ill. (Bibracte ; 10)
Prix de vente : 36 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 9

Archéologie des pratiques funéraires - Approches critiques

sous la direction de Luc Baray

 

Actes de la table ronde du 7 au 9 juin 2001.

Cette table ronde, la première du genre, puisqu’elle regroupait pour la première fois des chercheurs relevant d’horizons différents et de disciplines différentes, a été l’occasion de dresser un premier bilan critique d’un domaine en pleine expansion. La part du funéraire, qui n’a jamais vraiment été faible dans les recherches archéologiques, tend depuis les deux dernières décennies à prendre encore de l’ampleur tant sont importantes les découvertes de cimetières à l’occasion des grands travaux d’aménagement du territoire.

Pour autant, les communications se sont rarement fondées sur des découvertes récentes. Le plus souvent, l’analyse critique s’est portée sur des découvertes déjà anciennes. Preuve que l’avenir de la recherche dans ce domaine ne tient pas uniquement à une augmentation continue de la documentation, ni à une surenchère dans l’analyse fine des données exhumées, mais bien à l’élaboration de nouvelles approches et la mise en place de démarches critiques sur des concepts largement usités et qui ont fait depuis longtemps la preuve de leur inefficacité.

Baray L., dir. – Archéologie des pratiques funéraires. Approches critiques. Glux-en-Glenne : BIBRACTE, 2004, 316 p., 124 ill. (Bibracte ; 9) Prix de vente : 32 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 8

Le site de la maison 1 du Parc aux chevaux (PC 1) des origines de l’oppidum au règne de Tibère

sous la direction de Daniel Paunier et Thierry Luginbühl

 

La maison 1 du secteur du Parc aux Chevaux, la « PC 1 », est sans aucun doute la demeure aristocratique la plus célèbre de Bibracte, depuis les travaux pionniers de Garenne, d’Abboville et surtout les fouilles de Bulliot dans les années 1860-1870.

La publication de PC 1 représente, après Les remparts de Bibracte en 1999, la première monographie établissant le bilan d’une intervention dans l’habitat, au centre de l’oppidum, depuis la reprise des fouilles à Bibracte au milieu des années 1980. Elle est à ce titre emblématique. L’ouvrage offre une image cohérente du développement du secteur PC 1, entre le dernier quart du IIe s. av. J.-C. et le premier quart du Ier s. ap. J.-C., soit durant la période principale d’occupation de l’oppidum. Il témoigne aussi des connaissances accumulées sur le site ; au sein de l’étude des mobiliers, la céramique prend une place de choix, avec notamment une annexe typologique fort utile des céramiques régionales au temps de Bibracte.

Cet ouvrage s’inscrit dès lors comme une référence pour les recherches qui se déroulent et se dérouleront à l’avenir à Bibracte, et plus largement en Bourgogne et dans le monde des oppida. A ce propos, on peut mesurer, à l’aune de la progression des travaux depuis la reprise des fouilles, les effets de la « révolution » des chronologies de la fin des années 1980 et du début des années 1990, et les bouleversements conceptuels induits dans la prise en compte des phénomènes complexes et d’interactions entre sociétés, trop souvent limités aux termes à consonance idéologique forte, mais réducteurs, de « romanisation », ou mieux de « méditerranéisation » et d’« acculturation », appliqués à cette période unique de La Tène finale, charnière entre la Protohistoire et l’Histoire.

Paunier D., Luginbühl T. – Les site de la maison 1 du Parc aux Chevaux (PC 1). Des origines de l’oppidum au règne de Tibère. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2004, 472 p. ; 350 ill ; 7 pl. h.t. couleur (Bibracte ; 8) Prix de vente : 40 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 7

Les amphores de Bibracte – 2

Fabienne OLMER

 

Quinze années de fouilles à Bibracte, pour les archéologues qui ont entrepris d’y travailler, c’est un bilan de 50 tonnes d’amphores extraites du terrain, déplacées, lavées, inventoriées, étudiées et stockées, qui conduit à estimer à plusieurs centaines de milliers le nombre total des amphores parvenues sur le site, entre la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère et le début de la période tibérienne.

A Bibracte, entre 1984, date de la reprise des fouilles, et la campagne 1998, parmi les quelque 300 000 fragments d’amphores recueillis, furent mis au jour 313 nouveaux timbres, principalement sur Dressel 1, emblématiques amphores vinaires de la fin de la République romaine, période à laquelle la Gaule s’est, pour ainsi dire, offerte aux influences méditerranéennes en acquérant toutes sortes de produits, parfois nouveaux, au rythme soutenu de volumineuses cargaisons. Certains de ces timbres étaient encore inconnus sur le site, voire inédits même ailleurs en Gaule, tandis que d’autres, au contraire, étaient connus depuis les fouilles du XIXe siècle, et réétudiés par F. Laubenheimer dans un premier catalogue publié en 1991.

Le catalogue présente donc des données inédites. Y ont été adjoints les timbres découverts sur les autres sites de Bourgogne, soit 156 marques en majorité sur Dressel 1, qui forment un complément indispensable aux recueils des marques de Bibracte. Leurs données réunies (662 timbres) permettent d’élaborer une série de réflexions sur la circulation des amphores aux deux derniers siècles avant notre ère en Gaule du centre Est. Cette extraordinaire moisson de timbres qu’a livrée Bibracte en fait désormais une référence incontournable à l’échelle de l’Europe, site unique qui à lui seul permet de dresser des hypothèses sur le mécanisme de diffusion des vins de l’Italie romaine, voire sur certains des aspects de la production.

Olmer F. – Les amphores de Bibracte, 2. Le commerce du vin chez les Eduens d’après les timbres d’amphores. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2003, 375 p. ; 1150 ill. ; 7 pl. h..t. – (Bibracte ; 7) Prix de vente : 38 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 6

Les âges du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental

sous la direction de Didier Maranski, Vincent Guichard

 

Actes du XVIIe colloque de l'Association Française pour l'Etude de l'äge du fer, Nevers, 20 au 23 mai 1993.

Chaque année, l’AFEAF tient un colloque dans une région nouvelle et dresse un bilan provisoire des recherches locales sur les périodes de Hallstatt et de La Tène.

La reprise des fouilles sur le Mont Beuvray impliquait aussi de mieux connaître son environnement géographique. Tracer alors les limites d’une région pour mieux évaluer les résultats acquis dans diverses investigations n’est point tâche aisée. Après réflexion, le Morvan, la vallée de la Loire nivernaise et le Berry oriental servirent de cadre pour le thème régional du colloque de 1993 qui fut tenu à Nevers.

Mais il ne faut pas hésiter, en archéologie protohistorique, à replacer une région dans un contexte plus large. A Nevers, on ne devait pas oublier qu’au-delà du Morvan, vers l’est, coulait la Saône, certes voie de communication reconnue entre Méditerranée et Rhin, mais aussi point de départ de nombreuses pistes, conduisant par les contreforts du massif central à la vallée de la Loire. D’où l’ouverture de perspectives, vers les confluents Saône-Doubs, par exemple, mais aussi vers le Bourbonnais et la Basse Bourgogne.

Le thème général traditionnel, compte tenu des apports des fouilles du Mont Beuvray, traite de « regards européens sur l’âge du Fer en France », dans une perspective éclectique, comme en témoigne la série de brillantes communications contenues dans ce volume. Datations, techniques de fouilles, muséographie, voisinèrent avec des problématiques sur l’interprétation des matériels, sur les mouvements celtiques, la noblesse éduenne, les importations méditerranéennes.

Maranski D., Guichard V., dir. – Les âges du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental. Regards européens sur les âges du Fer en France. Glux-en-Glenne : centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2002, 432 p., 252 ill. (Bibracte ; 6).Prix de vente : 34 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 5

L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (IIe s. avant J.-C. – Ier s. après J.-C.)

sous la direction de Vincent Guichard, Franck Perrin

 

Actes de la table ronde des 10 et 11 juin 1999.

L’image qui vient immédiatement à l’esprit dès que l’on évoque l’aristocratie celte de l’âge du Fer est sans nul doute celle des monumentales et fastueuses sépultures du Hallstatt et du tout début de la Tène. Mais qu’en était-il pour la fin du second âge du Fer ? L’époque est a priori autrement mieux documentée que celle qui l’a précédée, grâce notamment à l’appui fourni par les textes historiques et ethnographiques et par les données épigraphiques. Personnalisée aux yeux de tous par des personnages emblématiques tels que l’Arverne Vercingétorix, cette aristocratie nous apparaissait jusqu’alors dépourvue d’expression archéologique autre que numismatique ; des travaux précurseurs, sur des régions bien documentées laissaient entrevoir d’autres horizons.

Ce constat fit alors germer l’idée d’une exposition sur les tombes à mobiliers privilégiés de la fin de l’âge du Fer, présentée au musée de la civilisation celtique à Bibracte, d'avril à octobre 1999. Au gré des contacts, le sujet apparut bien plus riche que nous ne le supposions et la tenue d’une table ronde permettant des regards croisés sur les différents aspects de l’aristocratie celte aux temps des oppida devint vite une évidence. En juin 1999, une soixantaine de spécialistes se réunirent au Centre archéologique européen du Mont Beuvray autour de la question de l’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer.

Le présent volume rassemble les communications présentées par une trentaine d’entre eux, portant sur la Gaule telle que César l’a définie, mais aussi sur la Cisalpine, la Bretagne insulaire et les territoires d’outre-Rhin. Les points de vue sont variés : archéologique, archéozoologique, numismatique, historique, littéraire, épigraphique, iconographique et anthropologique. Il est complété par un corpus de textes commentés. L’un des points essentiels que ne manquera pas de noter le lecteur est que notre connaissance de l’aristocratie gauloise n’en est qu’à ses débuts. Oubliés par la recherche des siècles passés, tombes et habitats des personnages et les sources littéraires restent à découvrir ; c’est là une situation originale, particulièrement pour l’avenir des études celtiques.

Guichard V., Perrin F., dir. – L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (IIe s. avant J ;-C. – Ier s. après J .-C.). Actes de la table ronde des 10 et 1 juin 1999 (Glux-en-Glenne). Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2002, 416 p., 132 ill. (Bibracte ; 5).Prix de vente : 38 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 4

Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer

Eisenzeitliche Urbanisationsprozesse

 

Le Centre archéologique européen du Mont Beuvray a accueilli en juin 1998 le colloque annuel de la section « âge du Fer » des associations sud- et ouest-allemandes de Recherche sur l’Antiquité.

En ce lieu d’urbanisation très précoce que fut Bibracte, il a paru naturel de profiter de l’occasion pour faire le point des connaissances et des interrogations actuelles sur les plus anciens processus d’urbanisation, aboutis ou avortés, qu’ont connu les régions situées aux marges occidentales et septentrionales du Monde classique avant la période romaine. Les articles de ce recueil abordent le sujet selon des points de vue variés, à l’échelle d’une région ou d’un site, voire selon une approche thématique. L’ensemble constitue un état de la recherche pour une large région qui s’étend de la Péninsule ibérique à l’Europe centrale, en passant par la Gaule et la Bretagne insulaire.

Guichard, Sievers, Urban 2000 : GUICHARD (V.), SIEVERS (S.), URBAN (O.-H.) dir. - Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer. Eisenzeitliche Urbanisationsprozesse. Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2002, 240 p., 55 ill. (Bibracte ; 4).Prix de vente : 27,44 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 3

Les remparts de Bibracte

sous la direction de Olivier Buchsenschutz, Jean-Paul Guillaumet, Ian Ralston

 

La première partie de l’ouvrage a pour but de décrire et analyser les structures de la Porte du Rebout, reconnues lors des fouilles du XIXe siècle (1868) et surtout entre 1984 et 1996. Il s’agit d’une porte à ailes rentrantes, dont les fouilles anciennes avaient déjà mis en lumière le mode de construction (murus gallicus) et le caractère monumental (entrée large de près de 20m). Les nouvelles recherches ont permis de fouiller presque intégralement les deux bastions qui encadrent la porte et d’explorer de façon plus conséquente les structures situées en avant de celle-ci. L’histoire de la porte se voit ainsi considérablement précisée. A l’emplacement de chaque bastion ont été identifiés quatre remparts laténiens successifs (auxquels s’ajoute une palissade plus ancienne sous le bastion nord). Leur construction s’échelonne entre la fin du IIe s. et la fin du Ier s. av. J.-C. Le nombre des remparts qui se succèdent sur moins d’un siècle montre la fragilité de ces constructions et l’énergie déployée pour les conserver en l’état. L’installation de bâtiments à caractère domestique à leur emplacement prouve aussi une désaffection complète du rôle défensif de la fortification dans les dernières décennies du Ier s. av. J.-C. Ouvrage complexe, la fortification de la Porte du Rebout reste, après ces recherches, une construction monumentale sans équivalent dans le monde celtique.

La deuxième partie présente les résultats d’observation sur le tracé des anciennes fortifications de Bibracte, qui demeurent sous la forme d’anomalies dans le relief. Le principal apport de ces nouvelles prospections est la mise en évidence d’une seconde enceinte dite désormais « fortification externe », nettement plus vaste que celle reconnue précédemment : avec un périmètre d’environ 7 km, elle enserre une surface de quelque 200 ha, contre 5,2 km et 135 ha pour la fortification interne. Les observations ont également porté sur les entrées percées dans les deux lignes de fortification : 15 emplacements de portes, certaines ou probables, ont été repérés. Ces portes sont en relation avec un réseau de routes antiques, qui semble avoir connu des modifications importantes au cours de la vie de l’oppidum.

Buchsenschutz O., Guillaumet J.-P., Ralston I. dir. - La Porte du Rebout. Glux-en-Glenne : Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray (CAE), 1999. – 320 p. ; 178 ill. ; 7 pl. h.t. ; 2 plans 65 x 47 cm – (Bibracte ; 3).Prix de vente : 24,39 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 2

La quantification des céramiques : conditions et protocole

sous la direction de Patrice Arcelin et Marie Tuffreau-Libre

 

Actes du colloque des 8 et 9 avril 1998.

Comptabiliser les tessons de céramique qui proviennent d’un contexte stratifié ou d’un ensemble clos est une démarche banale dans la recherche archéologique contemporaine ! Pourtant, les chercheurs sont bien souvent insatisfaits dans l’utilisation comparative des données publiées par d’autres, c’est-à-dire au-delà du cercle de leur équipe de proximité. A cela, plusieurs raisons majeures : la diversité des milieux antiques ou médiévaux analysés, comme celle de leurs approches, peuvent engendrer des processus méthodologiques spécifiques, sans que l’expression synthétique des résultats obtenus ne soit formulée en termes clairement définis et compréhensibles par tous. Une table ronde nationale s’est tenue au Centre archéologique européen du Mont Beuvray en avril 1998 pour effectuer un bilan rapide des acquis de la recherche européenne en la matière. Les participants, au-delà de la communication de leurs expériences et de leurs réflexions, ont eu comme perspective la mise au point d’une norme de comptabilisation des céramiques, langage élémentaire attendu pour le développement efficace de la communication scientifique dans ce domaine.

En seconde partie du volume, le lecteur trouvera la synthèse des propositions établies par les participants à la table ronde sous la forme d’un protocole de quantification des céramiques archéologiques. Les principes comme l’encadrement de la méthode retenue prennent en compte au plus près les dénominateurs communs issus des habitudes de la recherche contemporaine, pour en proposer une expression cohérente et minimale, ouverte à tout complément d’information jugé indispensable. Ce protocole de quantification se veut pleinement réaliste en regard des contraintes de la discipline, en temps comme en moyens.

Arcelin P., Tuffreau-Libre M., dir. - La quantification des céramiques. Conditions et protocoles. Glux-en-Glenne : Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray (CAE), 1998. – 157 p. : 129 fig. – (Bibracte ; 2).Prix de vente : 14,94 €

Télécharger notice, sommaire et résumé

 

Volume 1

L’Environnement du Mont Beuvray

sous la direction d’Olivier Buchsenschutz et Hervé Richard

 

Bibracte, où les chercheurs travaillent sur les premières étapes de l’urbanisation et de la romanisation en Gaule intérieure, est aujourd’hui au cœur d’un pays couvert de forêts. Le contraste entre un milieu plutôt rude et la création précoce d’un centre urbain explique la mise en place, dès la reprise des fouilles en 1984, d’un groupe de travail chargé d’initier et de gérer les recherches consacrées à l’environnement humain et naturel de ce site. Cet ouvrage présente les premiers résultats de ces recherches ; les articles de ce volume ont été rédigés entre 1990 et 1992. Les différentes approches, intra et extra muros, qui tentent de reconstituer l’évolution du milieu naturel et les stratégies successives d’adaptation de l’homme à ce milieu, sont résolument diachroniques et interdisciplinaires. Les auteurs nous invitent à examiner sous toutes ses facettes une petite région très représentative de la France centrale, en construisant peu à peu, à l’aide des méthodes les plus variées, une véritable géographie historique.

Buchsenschutz O., Richard H., dir. – L’environnement du Mont Beuvray. Glux-en-Glenne : Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray, 1996, 207 p., 92 ill. (Bibracte ; 1). Prix de vente : 25,92 €

Télécharger notice, sommaire et résumé