Menu Menu Naviguez

naviguez

La gestion du domaine forestier

Scrollez vers le bas

Bibracte EPCC assure la gestion d’un domaine forestier de 950 ha par délégation de l’Etat (800 ha) et du Parc naturel régional du Morvan (150 ha).
Pour assurer cette gestion, Bibracte s’appuie sur les compétences et les moyens humains de l’Office national des Forêts.

La gestion de la forêt prend en compte des paramètres variés :

. la protection de l’ensemble du Mont-Beuvray au titre des Sites et celle de la partie sommitale au titre des Monuments historiques,
. des engagements de diversification de la biodiversité au titre d’un contrat Natura 2000,
. l’accueil du public,
. le souci de valorisation économique du massif.

S’y ajoute le respect d’engagements au titre de la gestion durable, concrétisés par la certification du massif au titre des labels PEFC (Program for the Endorsement of Forest Certification schemes) et FSC (Forest Stewardship Council), ce dernier acquis au travers d’une démarche collégiale portée par le Groupement pour une Gestion Responsable de Forêts Bourguignonnes (GGRFB). 

Le plan de gestion forestière du massif, régulièrement actualisé et validé par les services du ministère de l’Ecologie et du Développement durable, tient compte de l’ensemble de ces critères. Il est également subordonné au plan de gestion paysagère du site. L’objectif prioritaire de ce plan de gestion forestière est le rétablissement progressif d’une forêt mixte (c’est à dire mélangeant feuillus et résineux) et irrégulière (chaque parcelle mélangeant des sujets d’âge différent), exploitée de façon à éviter les coupes rases. Il identifie également des parcelles de réserve intégrale (pour une surface de 10,8 ha) qui ne font l’objet d’aucune intervention et préserve des arbres sénescents au titre de la biodiversité.

Chaque année, la forêt produit environ 3 000 m3 de bois d’œuvre et 5 000 m3 de bois de qualité inférieure destiné au chauffage ou à la trituration (fabrication de panneaux de bois aggloméré et de pâte à papier). Ce bois sert notamment à alimenter la chaufferie du musée et la chaufferie municipale de Glux-en-Glenne qui bénéficie notamment au Centre archéologique européen.

Quelque 97 arbres remarquables des espaces les plus fréquentés par le public font également l’objet d’un suivi sanitaire attentif pour prévenir les accidents.