Menu Menu Naviguez

naviguez

Vendredi 18 octobre 2019

Formation "Archéologie et constructions identitaires"

Scrollez vers le bas

du 12 au 14 novembre 2019 au Musée d'archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye

Illustration : dessin de M. Morland. "Inauguration du musée gallo-romain au château de Saint-Germain" par Napoléon III.

 

19e Journées d'automne de Bibracte

 

S’appuyant sur Bibracte, structure culturelle, le Pôle de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle (PREAC) « patrimoine archéologique » fonde sa spécificité sur l’archéologie en tant que démarche transversale, mais aussi sur la transmission des savoirs et l’éducation du regard.

Ce PREAC est piloté par le rectorat de l’académie de Dijon, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté et le réseau de création et d’accompagnement pédagogique CANOPÉ.

Le contenu des formations est également construit avec les partenaires qui accueillent chaque année le PREAC. Dans ce cadre, sont organisées tous les ans dans un lieu différent les « rencontres d’automne », qui sont accueillies cette année par le musée d’archéologie nationale de SaintGermain-en-Laye

Ces trois journées de formation-action sont destinées aux professionnels de la médiation, du patrimoine et de l’archéologie, aux enseignants, aux médiateurs socio-culturels, aux chercheurs… Grâce à des conférences, des témoignages d’expérience, des discussions, des visites et une bourse d’échange, il s’agira de réfléchir et de discuter des effets de la médiation du passé sur les représentations et constructions identitaires.

L’archéologie a souvent été un instrument au service des constructions identitaires modernes, permettant de s’inventer des ancêtres sur mesure.

La civilisation gauloise est par exemple toujours une référence dans les débats politiques actuels et la recherche s’en trouve influencée, sans doute inconsciemment. Chaque type de vestige archéologique fournit un éclairage différent sur une même réalité passée qui reste inaccessible dans sa globalité. L’interprétation la plus rigoureuse supposerait que l’archéologue soit culturellement neutre. Bien évidemment, le chercheur travaille avec sa culture, son expérience et ses modèles.

Ouvert à tous. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Télécharger le programme